Nous venons de trop loin pour oublier qui nous sommes - - Emmanuelle Huynh - Plateforme Mua

 

 

Nous venons de trop loin pour oublier qui nous sommes, 2019

Portraits de ville

"Ces projets peuvent être décrits comme une sorte de travail d’anthropologie fictionnelle. Il n’y a ici pas de volonté de réalisme et d’exhaustivité, ou même d’intentions documentaires. "

Après des études de Avec le premier projet A taxi driver, an architect and the high Line, lié à New York, Emmanuelle Huynh et Jocelyn Cottencin ont posé les bases d’un cycle, qui s’intéresse au travers des gestes et du mouvement aux territoires urbains, à l’histoire et aux présents des lieux. Au travers des modalités de rencontres avec les habitants et les énergies présentes sur place, ils collectent des paroles et prolongent des gestes, des mémoires, engagent des actions, des expériences.Emmanuelle Huynh et Jocelyn Cottencin sont de disciplines différentes, pour la première la danse et la performance, pour le second les arts visuels, le graphisme mais ils partagent de questions récurrentes dans leurs travaux respectifs qui trouvent dans cette collaboration un territoire d’amplification et d’expérimentation. Le groupe, le communautaire & l’individuel, les gestes & le mouvement, la mémoire, l’histoire & la fiction, le vocabulaire & le mot, la transmission & l’expérience, sont autant de thématiques qu’ils activent respectivement depuis leurs endroits. Ce cycle de travail leur permet d’inventer des modes de restitution qui échappe au format unique. A taxi driver, an architect and the high Line est une installation constituée de trois films. Cette installation est activée par une performance qui prolonge le récit. Les projets en cours liés à Saint Nazaire et à Sao Paolo se construisent sur ces modalités de restitution tout en développant un vocabulaire spécifique faisant échos de l’interprétation des particularités de chaque territoire traversé. Ces projets peuvent être décrits comme une sorte de travail d’anthropologie fictionnelle. Il n’y a ici pas de volonté de réalisme et d’exhaustivité, ou même d’intentions documentaires. L’ambition est de donner à voir des lieux, des histoires et des temps singuliers par l’installation, le film, la performance, le livre. Pour ces projets dans le territoire, Emmanuelle Huynh et Jocelyn Cottencin utilisent différentes modalités d’actions, de collectage et de tournage : des entretiens, des ateliers de pratiques physiques proposées à des groupes particuliers (danseurs, lycéens, enfants, ouvriers, etc), des recherches historiques et sociologiques.

Ces projets sont toujours réalisés en trois phases. -La première est un travail de repérage, de rencontres, de tournage aussi et des ateliers qui engageront des communautés dans le projet ; - Le second est un temps de tournage préparé, d’actions et performances réalisés dans l’espace public ; - Le troisième temps est celui du traitement des matériaux visuels et sonores, du travail d’écriture de la performance qui prolongera l’installation et les films.

photos © Jocelyn Cottencin (ville) & Eric Sneed (performances)

Ce projet est soutenu par la Région des Pays de la Loire dans le cadre de l'aide au projet

Distribution / Crédits


CRÉATION 2019 - INSTALLATION & PERFORMANCE

Conception Emmanuelle Huynh et Jocelyn Cottencin

Récit polysémique de l’implantation de Plateforme Múa sur le territoire de Saint-Nazaire

Direction technique Maël Teillant

 

Production Plateforme Múa

Coproduction : Le Grand Café, le LiFE pour l'installation, le Théâtre de Nîmes pour la performance... (coproduction en cours de montage)

Partenariat : Chaire de recherche du Canada en dramaturgie sonore au théâtre - Université de Québec à Chicoutimi, Athenor -scène nomade - CNCM,  le Théâtre - scène nationale de Saint-Nazaire

Remerciements aux Chantiers de l'Atlantique

Avec le soutien de la ville de Saint-Nazaire.


Télécharger le dossier artistique (pdf)  ≥

 

Presse Océan, 1er décembre 2019, Marina Cessa, « Deux artistes posent leur regard sur la ville »  voir en ligne

Ouest France, 2 décembre 2019, Michel Godin, « La relation du corps au territoire projetée au Life »  voir en ligne

Estuaire, 4 décembre 2019, n°1533, p.12-13, Estelle Bescond, « Nous venons de trop loin pour oublier qui nous sommes » (pdf ok) voir en ligne

La Tribu radio, 3 décembre 2019, Maud Lorgeray, « LiFE : une nouvelle installation pour voir Saint-Nazaire autrement… », 5 min. 7 sec. écouter en ligne

Agenda


du 1er/12/2019 au 19/01/2020
Nous venons de trop loin pour oublier qui nous sommes - installation
Le Grand Café - centre d’art contemporain d’intérêt national, Saint-Nazaire - hors les murs au LiFE

le 16 janvier 2020 de 14h à 15h
Nous venons de trop loin pour oublier qui nous sommes - performance habitation
Le Grand Café - centre d’art contemporain d’intérêt national, Saint-Nazaire - hors les murs au LiFE

le 17 janvier 2020 de 14h à 15h
Nous venons de trop loin pour oublier qui nous sommes - performance habitation
Le Grand Café - centre d’art contemporain d’intérêt national, Saint-Nazaire - hors les murs au LiFE

le 18 janvier 2020 de 15h30 à 17h30
Nous venons de trop loin pour oublier qui nous sommes - grande habitation finale
Le Grand Café - centre d’art contemporain d’intérêt national, Saint-Nazaire - hors les murs au LiFE

du 18 au 23 Mai 2020 - reporté à 2021
Nous venons de trop loin pour oublier qui nous sommes - installation
Chicoutimi - Canada