Collaboration avec l'Ecole Supérieure d'Art Dramatique du Théâtre National de Bretagne

La première collaboration avec l'Ecole Supérieure d'Art Dramatique du Théâtre National de Bretagne date de 2014.

Emmanuelle Huynh, en collaboration avec Nuno Bizarro et Matthieu Doze, a transmis sa pièce "Bord / tentative pour corps, texte et tables" aux étudiants de la promotion 8.
Deux sessions de travail de 15 jours chacune (février et mai 2014), suivies de trois présentations publiques.
Cette pièce a été créée en 2001 à la Villa Gillet à Lyon, avec les textes de Christophe Tarkos ("Anachronisme" chez P.O.L.) et les tables de Nicolas Floc'h.

 

Les tables

  1. Ce sur quoi on mange, on lit, on écrit et plus. Ce autour de quoi on parle, on traite, on s’accorde ou pas, on signe. Leur dessous confirme mon intérêt pour les lieux bas.
  2. Table des matières : pour me donner d’emblée l’espace du débat, de l’ébat.
  3. La table est une porte couchée : une entrée possible dans le couple corps-texte.
  4.  Cachettes, planques, refuges, autels, podiums et tatamis trop hauts.
  5. Réalisées par Nicolas Floc’h, qui fait aussi des musées et FRAC portables, des Structures Multifonctions, fait pousser des salades, des radis, ramasse du sel (Ecritures Productives). Galerie Le Sous-Sol (Paris).

Le texte
Anachronisme de Christophe Tarkos (P.O.L.). M’a trouvée sur une table de librairie en janvier 2001. S’est physiquement imposé et ne veut plus sortir depuis.
A lire, à taire.

« La réalité n’invente rien, c’est moi qui invente tout, c’est moi qui doit tout inventer, elle ne sait rien faire, c’est moi qui dois tout lui faire, elle est molle, je fais tout, je dois la prendre en charge, ce qu’elle sait faire, mais elle ne fait rien, en sait rien faire, elle se laisse aller, je suis obligé de la remonter, de la reprendre, de la charger, de la remettre sur pied, d’inventer, de découvrir ses lois, de créer ses lois de toutes pièces, elle n’est pas capable de signer la moindre de ses lois, de créer par elle-même le plus petit aspect, le plus petit relief, le moindre son, je suis obligé de toute l’articuler, elle est complètement inarticulée, invertébrée, glissante, stupide, elle n’a pas d’invention, je suis obligé de faire le lien, elle ne lie pas, elle reste hébétée, et molle, et stupide, elle marque, elle ne sait pas marquer, je suis obligé de tout marquer, elle ne produit rien, elle glisse, elle ne va pas dire, elle ne sait rien dire, je vais tout dire, je vais répéter, je vais former, je vais construire, je vais dire, je vais moduler, je vais la faire pencher, elle ne penche pas, elle n’invente pas, elle n’a pas d’invention, elle n’est pas étrangère, elle ne sait pas ce qu’est l’étrangeté, il faut tout lui dire, je vais tout lui dire, je vais toute la faire, la remonter, la  charger, la répéter, la réalité ne sait pas dans quel sens aller ».
Christophe Tarkos

Christophe Tarkos, né en 1964.  Il fabrique des poèmes. Il se définit lui-même :

  1. je suis lent, d’une grande lenteur.
  2. Invalide, en invalidité.
  3. Séjours réguliers en hôpitaux psychiatriques depuis 10 ans.

La danse
Si on pouvait inventer un autre mot, ce serait bien.

Les deux ensembles : pourront s’ignorer comme partir à l’assaut l’un de l’autre, se retirer, se contourner, s’encercler, ne pas laisser la place. Se laisser faire.



En juin 2014, Emmanuelle Huynh et Matthieu Doze ont mené avec une partie de la promotion 8 des ateliers de recherche autour de l'oeuvre "Formation" de Pierre Guyotat, en préparation de la création 2016 de la Compagnie.

En janvier 2016, Emmanuelle Huynh transmet sa pièce "A Vida Enorme / épisode 1" aux étudiants de la promotion 9.

Nuno Bizarro et Catherine Legrand, interprètes originaux, transmettent la danse de cette pièce composée d'une première partie textuelle et d'une partie dansée.
La partie textuelle sera performée en direct par les 14 étudiants et sera dirigée par le comédien Arnaud Stéphan.
4 semaines de travail, suivies de deux présentations publiques.
Cette pièce a été créée en 2003 A Bonlieu Scène nationale d'Annecy.

Emmanuelle Huynh est responsable du chorégraphique au sein de l'Ecole et fait partie du conseil pédagogique.
Chaque mardi de l'année scolaire 2015/2016, Emmanuelle Huynh, Nuno Bizarro, Olga Dukovnaja, Anne Karine Lescop et Catherine Legrand donnent des ateliers de pratiques corporelles aux étudiants.

"Un intensif danse a ouvert le programme de cet entrainement hebdomadaire où nous avons partagé les fondamentaux que nous transmettrons singulièrement tout au long de l’année: notions de poids, toucher, continuité,discontinuité, disponibilité articulaire, musculaire, psychique, travail à deux, trois ou plus, sur la mémoire d’un parcours de mouvement,conscience des niveaux (bas, moyen,haut), de la musicalité de la danse et de son phrasé, apprentissage du regard porté sur le travail de l’autre, apprentissage de séquence de danse, travail d’improvisations à partir de partitions (scores). Chacun de nous ouvrira sa séance de façon singulière: feldenkreis, yoga dynamique, jeux corporels et traversera ces axes majeurs. Nous transmettrons aussi des phrases de danse qui appartiennent à nos parcours de danseurs, et donc à une certaine histoire des formes chorégraphiques contemporaines. Nous les contextualiserons afin de donner à cet entrainement une dimension "histoire de la danse » incarnée."

Retour au menu Pédagogie