Histoire(s) et lectures : Trisha Brown / Emmanuelle Huynh

coordonné par Emmanuelle Huynh, Denise Luccioni et Julie Perrin
publié par les presses du réel, en partenariat avec le Centre national de danse contemporaine Angers.

Huynh / Brown

Cet ouvrage retrace les conversations qu’Emmanuelle Huynh a menées avec Trisha Brown pendant plus de dix années, à partir de 1992. Ces rencontres sont accompagnées d’échanges avec des collaborateurs de Trisha Brown, de textes de ses danseurs, de notes consignées par Emmanuelle Huynh lors d’un stage avec la chorégraphe, de trois jours de conférence donnée au CNDC en 2006 avec Laurence Louppe. L’ensemble est suivi d’un essai sur cette filiation déliée entre Trisha Brown et Emmanuelle Huynh, écrit par Julie Perrin.

Textes et propos de Guillaume Bernardi, Trisha Brown, Emmanuelle Huynh, Kevin Kortan, Laurence Louppe, Luccioni, Diane Madden, Julie Perrin, Shelley Senter, Stacy Spence.

 

Un pas de deux France-Amérique

30 années d’invention du danseur contemporain au CNDC d’Angers
écrit par Gérard Mayen, publié par les éditions l’Entretemps, dans la collection Lignes de corps dirigée par Jean-Marc Adolphe, en partenariat avec le Centre national de danse contemporaine Angers.

 

Un pas de deux

 

Dans le domaine de l’édition sur la danse, les questions de la formation du danseur en tant qu’artiste, et non seulement en tant que destinataire d’un bagage technique, ne sont quasiment pas abordées. L’originalité de l’ouvrage réside dans l’angle qu’il propose pour saisir les évolutions extraordinaires qu’a connues la danse en France au cours des trois dernières décennies.

 

C’est donc en s’immergeant dans la tumultueuse histoire du CNDC, qu’on perçoit les débats, avancées, retournements, rêves, illusions, succès et échecs de la scène chorégraphique de l’hexagone dans la même période. En effet, créé en 1978 en tant qu’école nationale supérieure, le CNDC est resté chevillé au mouvement esthétique qu’il a accompagné, en formant plus d’un demi-millier de jeunes artistes chorégraphes. Une centaine d’entretiens avec les acteurs de cette histoire (étudiants, enseignants, opérateurs culturels, etc.), l’exploration des archives de l’établissement et des son très riche fonds vidéographique, auront permis de saisir en quoi chaque mouvement dépensé dans un studio est chargé d’implicites qui rendent compte des dimensions économiques, politiques, éthiques, idéologiques et plus largement esthétiques de tout le mouvement de la danse.

 

Gérard Mayen est journaliste et historien de la danse.